Kappu, c’était son nom, après avoir repris ses esprits et une fois ses yeux adaptés à la lumière bien trop forte dans laquelle baignait l’endroit, pensa alors à un arbre. Il aimait bien ça, les arbres. Ce qui se produit alors dépassait l’entendement : une tige, des racines, des feuilles se mirent à grandir sous ses yeux à une vitesse défiant les lois de la nature. Tronc, écorce, branches, au bout de quelques secondes, une plante de plusieurs mètres s’était dressée devant le jeune garçon et continuait son ascension vers la clarté décidément infinie qui le surplombait. Kappu regarda alors autour de lui. il n’était entouré de rien. ou plutôt, songea-t-il, d’une vaste étendue de lumière. Celle-ci projetait un léger halo blanc
  sur les contours de l’arbre qui continuait de pousser, seul dans cette immensité vierge. Au bout de quelques temps, Kappu éprouva l’envie de sortir de cet étrange environnement et il réapparut instantanément dans le monde réel. Un peu intrigué, il continua de mener sa vie quotidienne normalement pendant quelques jours. Il se disait qu’il avait dû rêver. Rapidement néanmoins, Kappu repensa à cette étrange aventure. Il se dit aussi que la création de cet arbre à partir de rien ne pouvait être due qu’à la mystérieuse puissance de la Fonque qui le fascinait tant. À peine eut-il ressenti l’envie de savoir ce qu’il en était de l’étendue lumineuse qu’il fut absorbé pour la deuxième fois.
     
On reviendra.
 
Facebook   Twitter   LinkedIn   naeqo.com